Mémoire de Millésimes

Mémoire de Millésimes

Deux vignerons retracent les millésimes passés des vins de Montlouis sur Loire, de 1945 à nos jours…

1945 : peu de récolte dû au gel, mais très bel équilibre et finesse.

1947 : premier grand millésime de l’appellation montlouis : riche et d’une puissance alcoolique très élevée pour certains lots.

1949 : millésime qui aurait pu être magnifique si ce n’est que la période des vendanges, pluvieuse et douce en température a favorisé une dégradation du raisin par une pourriture dévastatrice.

1950 à 1958 : cette période n’a pas engendré de millésimes qualitatifs, souvent du fait d’années froides, tardives et humides.

1959 : très beau millésime par sa très grande finesse, ses arômes très subtiles et son ampleur en bouche. Un millésime proche de 1947.

1960 : millésime de vin sec en général, assez minéral et vif.

1961 à 1963 : millésimes sans grande notoriété et des années assez difficiles

1964 : millésime ayant produit de beaux vins fins, en sec, demi sec et quelques fois moelleux.

1965 à 1968 : millésimes sans grande notoriété.

1969 et 1970 : beaux millésimes, le 1969 de caractère, le 1970 plus en finesse.

1971 à 1974 : millésimes sans grande notoriété.

1975 : millésime minéral, très pur, agréable au vieillissement.

1976 : millésime très typique, repérable en dégustation à l’aveugle par son goût iodé , dû à la pourriture.

1977 à 1984 : millésimes assez moyen sauf pour 1981.

1985 : millésime très particulier, de caractère minéral, bien équilibré favorable au vieillissement et facilement reconnaissable à la dégustation au nez et à la bouche.

1986 à 1988 : millésimes moyens sans caractère particulier.

1989 : millésime très puissant, raisins très riches en sucre  et marqués par la pourriture noble. Les vendanges, sans une goutte de pluie, auraient pu s’étaler jusqu’à fin décembre. Vin de très grande garde, qui fut très long à s’ouvrir arômatiquement.

1990 : très beau millésime : élégance, finesse et subtilité. Ce millésime restera en mémoire de ceux qui auront pu le déguster.

1991 : millésime de beau vin sec et demi sec.

1992 : millésime très difficile, année tardive, beaucoup d’acidité.

1993 et 1994 : millésimes dans la moyenne sans caractère particulier.

1995 : millésime bien équilibré, beau vin… avant-garde de beaux millésimes.

1996 : très beau vin, riche en arômes, belle amplitude en bouche, belle présence d’acide malique qui laisse présager une bonne garde.

1997 : très belle année, Finesse et très belle longueur en bouche. L’on pouvait obtenir de très beaux secs souples, demi secs fruités et de grands moelleux en vendanges tardives.

1998 et 1999 : millésimes moyens sans grande envergure.

2000 et 2001 : Millésimes moyens. Les vendanges se sont déroulées dans des conditions délicates, pluvieuses. Maturités difficiles. Production de vins effervescents et secs essentiellement

2002 : Très bon millésime parfaitement dans l’esprit Ligérien : maturité et fraîcheur avec beaucoup de finesse. Conditions climatiques optimales pour les vendanges qui ont permis d’élaborer des vins équilibrés du sec au moelleux. Bon potentiel de garde

2003 : Millésime hors norme. Grande richesse en sucre et très faible acidité. Equilibre sur de beaux amers en fin de bouche. Petite récolte liée au gel de printemps et à la canicule estivale. Elaboration de grands vins moelleux. Bien que l’acidité soit très basse, les vins semblent très bien vieillir…

2004 : Millésime difficile en raison de la pluviométrie importante au moment des vendanges favorisant l’apparition de pourriture grise.

2005 : Très beau millésime. Belle matière et belle pureté aromatique: richesse et amplitude en bouche. Vendanges ensoleillées propices à l’élaboration de quelques cuvées de vins moelleux. Bon potentiel de garde.

2006 : Millésime riche et puissant qui aurait pu faire partie des plus grands si la pluie n’était venue perturber le début des vendanges et faire chuter les acidités. Les vins sont ronds et gourmands.

2007 : Bon millésime. Après un été relativement froid, le mois de septembre ensoleillé a permis une bonne maturité en conservant de belles acidités de fruits. Belle pureté. Millésime de vins secs et demi-secs.  Bon  potentiel de garde.

2008 : Très bon millésime. Beaucoup de finesse et grande complexité aromatique. Très bonnes conditions de récolte ayant permis la production de très bons effervescents, secs, demi-secs et moelleux. Millésime d’équilibre au caractère « chenin ». Très bon potentiel de garde.

2009 : Très bon millésime. Août et septembre sans pluie et bien ensoleillés ont donné lieu à des vendanges sereines avec une maturité optimale. Les raisins étaient beaux et le vin est bon… du sec au liquoreux. Très bon potentiel de garde.